Introduction au mémoire de:

 

EMPRUNTER LE TEMPS

Plasticité, Mémoire et Quête d’Identité 

 

    Mon travail de recherche-création engage une réflexion sur la manière dont l’activité artistique est à même de créer un processus de transmission entre les générations, de reliance entre les hommes. Non orienté vers une vision passéiste de l’histoire, mon travail se veut être, à l’instar d’un passage, d’abord le chemin d’une quête. Quête d’une identité, d’une mémoire comme d’un avenir, c’est avant-tout d’une humanité que nous partageons dont il est question. Cette même humanité qui dans sa multiplicité renvoie à chacun de nous et qui dans sa diversité manifeste cette unité nous permettant de faire société.

 

    Jeune artiste engagé dans une pratique plastique, je me pose la question de savoir en quoi la création artistique, par le passage à l’acte, peut se faire le véhicule d’une pensée libératrice et émancipatrice pour son auteur comme pour la société. Comment puis-je prendre part aux enjeux de mon époque par la création d’une plasticité qui soit la plus à même d’en rendre compte ? Comment relier en une forme l’héritage de l’histoire et les problématiques auxquelles à présent nous faisons face ? En quoi notre destin est-il irrémédiablement lié à notre histoire ?  

 

     A partir d’une création artistique personnelle, ma volonté est de mettre en forme l’empreinte d’une humanité qui serait à même de faire oeuvre de transmission, de rappeler l’individu au devoir de mémoire, de créer l’espace d’un dialogue au sein de la société. De l’intimité d’une histoire à la conscience collective, l’oeuvre devient ainsi le chemin qui relie les deux. C’est l’empreinte d’un passage qui cherche sa persistance dans le champ social pour devenir source d’interactions et d’échanges.

 

    Ici, la mémoire n’est pas la résurgence d’un simple souvenir, mais une manière d’être au monde et à la vie de chaque jour. C’est une ligne de conduite. Une certaine manière d’appréhender l’existence qui fait de l’homme un être en travail perpétuel évoluant dans sa propre temporalité et se construisant par la relation qu’il entretient avec autrui. Mettant en jeu les questions de mémoire individuelle et collective, d’identité, d’oubli, de frontière, de fiction et de réalité, ce travail par l’exposition d’un héritage commun, se propose de mener une réflexion sur la condition humaine à l’origine d’un nouveau rapport au temps et de créer de nouvelles potentialités créatrices pour s’engager ensemble vers l’avenir

   

THOMAS LENATTIR

x.jpg
xxx.jpg
xx.jpg