Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Exposition (IN)ERRANCE - Bibliothèque Interuniversitaire -

Vernissage le lundi 3 février à 18h30

 

La bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne accueille aujourd’hui l’exposition (In)errance réalisée par les étudiants de Master 2 Recherche du Master in Arts & Vision (MAVI - Promotion Greta Thunberg). Commissariat d’exposition Yann Toma.

Les jeunes artistes réunis dans (IN)ERRANCE projettent ici un regard contextualisé et nous donnent une  occasion de mettre en mouvement la notion d’errance tout en la considérant comme autant de balises et d’éclairs de pensées dont nous avons la charge. Ils déploient leurs créations sous le prisme systématique d’une double lecture, celle de l’espace d’exposition proprement dit, celle d’une errance de l’acte de création qui nous mènerait souterrainement ailleurs, au confins de l’incertain.
Les jeunes artistes chercheurs en arts plastiques de la promotion Greta Thunberg, du Master in Arts and Vision (MAVI) de l’Ecole des Arts de la Sorbonne (Master 2 International de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) présentent quatorze propositions contextuelles inscrites résolument dans une réflexion sur le monde qui les environne.  Raúl Aguillar convoque le rêve et la pensée enfantine. Mauson Akhtar nous confronte à un Mur, Elvire Colin-Madan nous propose un contexte où notre choix sera signifiant, Hope Curran Hope convoque une forme singulière de poésie locale, Jessica Da Silva nous transporte en pleine abstraction de mer, Bénédicte Fuoc invoque des Somniloquies et la notion de rêve partagé, Augustine Gaugry représente l’image d’un questionnement sans fin à travers ses dessins automatiques,  Laura Lecatelier nous présente une musique sans son, un guide sans destination, Lee Seunghwan prélève quelques fragments des éléments de la nature, qui sont l’arbre, la pierre, et la terre, Arasi Tiffany Tavares incite le spectateur à voir derrière la surface du corps, voire à la toucher, Lou Villapadierna révèle  le mythe d’une voix errante qui ne se fera jamais entendre,  Laurine Wagner nous entraîne dans des Méditations Climatologiques et revisite le concept d’éco-anxiété, Li Wenli partage avec nous sa « ligne de temps » à travers des poèmes plastiques, Chuhan Yang quant à elle initie un manteau coloré destiné à la protection onirique des documents universitaires.
Le Master in Arts and Vision (MAVI) de l’Ecole des Arts de la Sorbonne permet aux étudiants d’accéder directement à une dynamique de réflexion liant art et mondialité. Il questionne et met en perspective l’autonomisation de l’artiste, la charge de son travail au sein d’un corps social souvent constitué d’organismes indépendants et dissociés. Le paradigme de l’autonomie de l’artiste est ainsi convoqué à travers des représentations issues le plus souvent de démarches transversales internationales, mettant en lien l’art avec d’autres disciplines. Il s’agit de traiter la question de la circulation internationale des flux, de la poétique de la relation entre l’artiste et son environnement proche ou lointain, de l’émergence des nouvelles technologies dans le contexte de la société de l’information.
www.mavi-sorbonne.org