Jennifer ANTOINE


La ligne de fracture comme source de création


Dans le cadre de cette année de recherche en Arts-Plastiques, j'ai décidé d'aller à la rencontre de la faille terrestre en me rendant dans deux pays où elle se manifeste ; L'Islande et L'Ethiopie. En géologie, une faille est une structure tectonique consistant en un plan ou une zone de rupture le long duquel deux blocs rocheux se déplacent l'un par rapport à l'autre. Ce déplacement et la déformation cisaillante sont dus aux forces exercées par les contraintes tectoniques, qui résultent de la tectonique des plaques 1. Les objectifs de ces voyages sont tout d'abord de me rendre au plus proche de ces manifestations vivantes de notre terre et d'y capturer un maximum d'images.


Le point de départ de cette recherche est une image allégorique d’un changement d’état, une ligne, une fracture qui se crée pour laisser deux mondes apparaitre.

Qu’est qu’une ligne ? Une fracture/faille ? Quelle en est la source ? Pourquoi nous apparait- elle ? Que signifie telle et quelle est son histoire ? Quels impacts provoque-elle ?

Je pense que les lignes sont des idées, les apparitions primaires de ma pensée. Ce sont des abstractions primitive, souveraine et magique... la source de mes réflexions et de mes actions. La ligne a un lien étroit avec le monde du rêve mais aussi avec celui de la raison, elle permet de dessiner, d’écrire, de faire apparaitre mais aussi de décrypter et de donner un sens à notre réalité. De nos origines à nos contemporains, des premiers hommes aux scientifiques modernes, c’est la langue première et universelle. Mon objectif dans ce projet est de créer des parallèles, rapprocher des lignes pour les voir dans leur ensemble. Entre l’activité terrestre et nos états intérieur / entre deux terres éloignés et nos origines parfois lointaine et opposés.

L'objectif de ce voyage en Islande était d'accumuler un maximum d'images de cette nature sauvage et vivante. J'étais équipée de plusieurs outils numérique me permettant de capturer des images selon plusieurs rapport de taille (prise de vue haute avec un drone et de très proche avec un appareil photo et objectif macro.) Partant de la capitale Reykjavik, j'ai traversée le sud du pays pour me rendre sur plusieurs sites emblématiques du pays qui font écho à ma recherche plastique de cette année, la calotte glacière du volcan Vatnajokull, la langue glaciaire de Skaftafell, la plage de sable noir de vik, les chutes d'eaux de Selfoss et Gullfoss, les jaillissements de Geysir et la parc national de Pingvellir.

Lignes naturellesSérie photographique réalisée au Lac Assal, Djibouti, 2018.( impression sur plexiglas 45/30cm)


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square