Léa NATRELLA

Mes créations s’insèrent dans une thématique intitulée Entre déroutes optiques et matérialités tactiles qui permet de découvrir à travers une multiplicité et une diversité de médiums, des travaux cherchant à attirer le spectateur aussi bien sur le domaine du visuel, de la perception, de l’optique que sur l’aspect tactile et le sens du touché. Mon travail s’inspire de l’art aborigène d’Australie. J’utilise des céramiques tramé afin d’accentuer le relief de mon motif. Mon intérêt est d’exploiter la faillibilité de l’œil à travers des illusions d’optiques ou des jeux optiques. C’est pour cela que mon travail est essentiellement géométrique. Ma recherche soulève également la notion de développement durable à travers mon second médium qui est le pléxiglas. La tactilité ne s’arrête pas simplement à la matière plastique mais relève aussi de l’épiderme. Mes photographies se développent autour de la thématique du Pli et de ce labyrinthe créer par celui-ci. Mais également de l’aspect tactile et visuel de la peau au fil des années.

Natrella Léa, Tactilité Psychédélique, 30 x 60 cm, 2017

Natrella Léa, Tactilité Psychédélique, 20 x 40 cm, 2017

Natrella Léa, Tactilité Psychédélique, 20 x 50 cm, 2017

Natrella Léa, Tactilité Psychédélique, 20 x 20 cm, 2017

Natrella Léa, Tactilité Psychédélique, 40 x 40 cm, 2018

Natrella Léa, Matérialité tangible, 21x 29,7cm, 2018 ( détail )

Natrella Léa, Matérialité tangible, 4x 21x 29,7cm, 2018

Natrella Léa, Le Pli, 2017, Triptyque, photographies couleurs, format A4


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives