Filomena BORECKA -  Barbara PORTAILLER

Barbara PORTAILLER

Soutenance prévue en 2019

« Du circulaire dans l'art »

L'Art à l'épreuve de l'économie du réemploi 

Problématique 

 

Dans quelle mesure les dispositifs artistiques qui mobilisent le réemploi et le Do It Yourself permettent-ils de recadrer la pensée collective ? 

Comment de tels dispositifs artistiques invitent-ils à imaginer collectivement une relation circulaire à l’environnement et à en faire l’expérience ?

 

 

RÉSUMÉ

 

Les présents travaux de thèse interrogent la possibilité d’un système circulaire de production et de consommation dans les arts plastiques et en société. Afin de mener à bien cette recherche, nous avons mené différentes études de cas autour de travaux plastiques réalisés au moyen de différents modes de prélèvements du réel. De la photographie du réel à la photographie mise en scène et aux installations participatives, des gestes de récupération de reliquats dits « déchets » aux réemplois à la mode DIY, cette recherche plastique et théorique nous a mené à interroger les déchets comme des biens communs, des archives instantanés et des catalyseurs de nouvelles images de pensées collectives. Elle questionne la possibilité d'activer des gestes circulaires dans les arts plastiques et dans la vie.

Filomena BORECKA
Soutenance prévue en 2019

« Le Souffle – lien immatériel – comme principe de création. »

Cette recherche s’ancre dans trois champs de questionnement, qui se construisent progressivement. Dans un premier temps nous interrogeons le processus créatif (Mihaly Csikszentmihalyi « Flow »), l’origine de l’œuvre, l’anthropologie de la création et son processus poïétique (Paul Valéry, René Passeron). Dans un deuxième temps et d’une manière appuyée notre, recherche se basa sur l’étude et l’observation des œuvres d’art modernes et contemporaines qui privilégient, la mise en œuvre de l’expérience personnelle du lien avec autrui. Notre analyse se fonda notamment sur les lectures d’ouvrages d’anthropologie, d’esthétique et de philosophie (sciences humaines et sociales). En troisième temps l’attention se portera sur la pratique de la respiration comme élément constituant (Alfonso Caceydo) pendant l’expérience de l’élaboration de l’œuvre plastique dans sa dimension personnelle, (intime même parce qu’intérieure). Je m’attarderai aussi sur les différents artistes pour lesquels la pratique de la respiration est essentielle dans leur création et dont les œuvres sont conçues avec la conscience qu’elles pourront être partagées collectivement.

Elodie Lombarde

Du silence à l'ouvrage, coudre le poids des matériaux modestes.

Coudre le poids des matériaux modestes est l'enjeu plastique de mon travail depuis plusieurs années. Par une extraction et une exploration du modeste au sein d'assemblages cousus, s'est ouvert un questionnement sur la sculpture. La thèse Du silence à l'ouvrage, témoigne de leur passage de futiles à surfaces planes au sein de suspensions et interrogeleur fragilité et poids théorique.
En me détournant des usages traditionnels, je couds des assemblages qui silencieusement interroge le quotidien, le savoir-faire, l’ordre apparent des choses et des représentations. Je tisse une constellation d’interprétations, de formes et de références dont la force symbolique
et politique se révèle dans le modeste. Les formes sculpturales découlent de ce préexistant, négocient avec lui et l'agencent. Elles ne naîssent pas d'une modification provenant de l'extérieur mais de la matérialité des matériaux les composant. Une chute où les matières racontent leur tragédie et épuisent leur possible, pour devenir des formes empathiques aux poids symboliques. Mes recherches exposent les assemblages cousus pour révéler les tensions inhérentes à la matière et sa provenance.

Stitching the weight of modest materials is the fondamental question; it is the heart of my research these past several years. Modest mediums are able to raise questions about sculpture by extraction and exploration of their materiality in stitched assemblies. The thesis Du silence à l'ouvrage shows their passage from futile object to flat surface in suspensions and tell their fragility and their theoretical weight. Turning away from traditional uses, I sew assemblies that silently asks everyday, knowledge, the apparent order of things and representations. I weave a constellation of interpretations, shapes and items whose symbolic and political force is revealed in the modest. Sculpturals forms derive from the pre-existing, negotiates with it and arranges it. The sculpture is born more from an external change than from the materiality of its components. It is a fall where materials recount their tragedy and deplete their potential becoming empathetic forms of symbolic weight. My research demonstrates stitched assemblies and reveals the tensions inherent in the material and its provenance.